was successfully added to your cart.

Panier

Quel standard minimum devrait-on demander à nos chirurgiens?

Pour moi la réponse est claire et elle fait peur car finalement peu de chirurgiens sont formés pour répondre aux besoins grandissant de la population féminine atteinte d’endométriose.

La majorité des chirurgiens ne sont pas spécialement formés en rapport avec cette maladie et utilise la technique générale de l’ablation qui a un taux de récidive de 50 à 80% L’ablation est une technique qui « brûle la surface des tissus » ne s’occupant que de la partie visible et même très visible de l’iceberg. Il est estimé que 95% des femmes atteintes d’endométriose se font opérer avec cette technique, celle-ci étant moins onéreuse, prenant soin de temps, étant plus facile et surtout étant accessible à un nombre beaucoup plus élevé de chirurgien.

Hors il existe une autre technique dont on nous parle trop peu et je pense nécessaire d’en parler, de passer le mot afin que nous soyons de plus en plus nombreuses à en bénéficier (cela a été le cas pour moi et vous le savez c’est une réussite) et à le demander, « forçant » ainsi les médecins à se spécialiser pour répondre de manière plus pointue à nos besoins car cette manière plus pointure existe!

Il s’agit de la chirurgie par excision. Pour pouvoir exercer cette chirurgie, le chirurgien doit se former à une chirurgie dite MIGS (minimally invasive gynaecologycal surgery). Il y a d’autres formation qui leur permettent de reconnaître les diverses formes de lésions et d’agir au mieux avec le meilleur matériel qui existe. Ces chirurgiens ont des années d’expériences en chirurgie gynécologique, ils sont curieux, intéressés et font des recherches sur la maladie, ils savent reconnaître les lésions, ils savent qu’elles peuvent prendre différentes couleurs et formes, ils connaissent l’anatomie de votre région pelvienne, savent jusqu’où ils peuvent aller et où des nerfs peuvent être touchés, ils savent s’entourer d’autres spécialistes car l’endométriose touche également le système digestif et urinaire.

Ces chirurgiens sont rares, ils sont donc très prisés, ils pratiquent des interventions longues et n’opèrent en générale qu’une patiente par jour, souvent ils se forment et forment d’autres médecins en parallèle. C’est pour cela que certaines d’entre vous se découragent d’attendre et voulant être prise en charge rapidement préfèrent se tourner vers un autre chirurgien mais ici croyez-moi cela vaut vraiment la peine de chercher le bon et une fois trouvé de s’armer de patience pour un premier rendez-vous puis pour une date d’opération (pour exemple entre mon premier appel au spécialiste et mon opération il s’est passé une année).

Je vous encourage donc à quitter la fast food industry de la chirurgie pour aller vers le mieux, vers du luxe, vers ce qui prend plus de temps, ce qui coûte plus mais aussi ce qui vous garantit de meilleur résultat car les chiffres sont là il y a beaucoup moins de récidive avec la chirurgie par excision que par celle de l’ablation.

Leave a Reply