was successfully added to your cart.

En mars j’ai profité de la visite d’une copine pour lui passer une commande spéciale : de nouvelles culottes….

Alors non, je n’ai pas perdu les miennes, elles n’étaient ni abîmées ni ne m’occasionnaient de troubles ou démangeaisons divers, et puis je les aimais bien mes sexy culottes.

Cette drôle d’histoire a commencé lors de mon séjour en Inde. J’ai rencontré une femme voyageuse avec qui autour d’un thé, nous avons parlé yoga, histoires de vie et donc naturellement endométriose. Et là, au milieu de nulle part, cette femme que je venais de rencontrer s’exclame : « tu ne portes pas de culottes noires au moins ? »

Surprise, les culottes noires j’en porte tout le temps, à 2-3 exceptions près, tous mes sous-vêtements sont noirs. J’adore, je trouve ça beau et le comble de la féminité mais pourtant il semble soudainement qu’il y ait un problème avec mes goûts en matière de lingerie?

La suite va être un peu théorique basée sur des sciences qui ne sont pas occidentales donc si cela ne vous parle pas ou si vous décrochez… vous pouvez lire le résumé en fin d’article.

L’explication est très cohérente et en lien avec ce que j’étais en train de lire là-bas, un livre très complet sur le yoga et l’ayurveda.

L’ayurveda est une médecine traditionnelle originaire de l’Inde; ayurveda signifie « science de la vie » Il s’agit d’une approche médicale holistique qui tient en compte les particularités de chaque individu avec des traitements spécifiques en fonction de sa constitution (3 types définis selon la médecine ayurvédique) C’est traitements sont basés sur l’alimentation, le rythme de vie, les massages et les plantes médicinales.

En ayurveda, outre les trois types définis on parle également de 3 qualités mais également constitutions mentales qu’on applique à chaque individu mais également à des objets, couleurs, aliments, lieux. Ce sont les Gunas. Nous aurions tous un type de base plus prononcé mais tout au cours de notre vie, il évolue, et au quotidien ces trois types s’expriment dans nos activités, choix et expériences. Ces trois gunas sont :

Sattva : qui exprime l’essence, la compréhension, la pureté, la fluidité, la clarté, la joie, l’amour
Rajas : qui exprime le mouvement, l’agressivité, l’extraversion, le changement
Tamas : qui exprime l’ignorance, l’inertie, la lourdeur et lenteur d’esprit

Le Guna qui nous intéresse ici est Tamas : les propriétés qui y sont reliées sont multiples et leur point commun est l’inertie, la lenteur, ne pas laisser circuler l’énergie ni la créativité. La couleur noire et les couleurs sombres sont Tamas tout comme les tissus artificiels de mauvaise qualité, les vêtements entassés, trop grands ou sales, les émotion liées sont la peur, l’illusion, la dépression, la paresse, les environnements sont les squats, cimetières, décharges.. alors je ne sais pas pour vous mais moi Tamas dans ma vie je n’en veux qu’à petite dose juste parce que parfois je suis en mood black ou alors que j’ai une tendance à la paresse physique mais si ça peut s’arrêter là je suis ravie.

Et encore?

Dans la tradition yoga, on parle également de chakras, ces roues énergétiques non physiques qui se trouveraient alignées le long de notre colonne vertébrale, partant de la base du sacrum pour remonter jusqu’au sommet du crâne.

 

 

Ceux qui nous intéressent ici sont les deux premiers : Moolhadara et Svadhistana

Le premier est le chakra racine, il est lié à la couleur rouge, à la terre, à notre sécurité de base, (préservation de l’espèce) à notre endurance, notre vitalité, à notre part animale.

Le deuxième et le chakra sacré, il est lié à la couleur orange, la sexualité, la fertilité, la créativité, le désir, l’amour de soi

Ces deux chakras sont les plus particulièrement touchés lorsqu’il s’agit de maladies féminines comme l’endométriose ou encore de troubles de la fertilité, on dit que quand la maladie est installée, c’est que l’énergie de ces chakras est bloquée ou alors tourne à contresens.

 

 

J’imagine que vous avez créé les liens entre toutes ces informations et que vous vous êtes fait tout comme moi votre théorie de la culotte! Je résume donc ma petite théorie et pourquoi je me suis séparée de mes sexys black panties :

Le noir est une couleur sombre, une couleur qui n’active pas l’énergie, qui ne crée rien, qui stagne, les culottes noires c’est Tamas,… porter des culottes sombres contribuerait à enliser l’énergie là où justement on souhaiterait qu’elle circule, soit vivante, fluide et guérisseuse : notre utérus, notre ventre, notre vagin, nos organes sexuels, reproducteurs mais aussi digestifs… ceux-là même qui sont si touchés par l’endométriose et les problèmes de fertilité.

Alors les filles, on jette nos culottes noires (euh pis aussi on évite les culottes sales, moches, trop grandes ou toutes pourries parce qu’on s’aime et puis c est tout!) et avec on jette ce diktat du « sexy in black » (ok j’ai du mal j’en ai gardé une 😉 et on s’achète des culottes rouges, orange, roses, vertes… des culottes qui nous plaisent et amènent de la bonne humeur et de la vie là ou il faut : notre centre de créativité, féminité et plaisir.

Join the discussion 15 Comments

  • Naturajes dit :

    Très bel article. J’entends cet appel, ce signe qui sonne juste. Merci 🙏🏼

  • Jennifer dit :

    Merci beaucoup pour cet article ! Depuis peu je rêve de vêtements rouges, de donner du peps à mon placard et à ma vie ! Ton article est très intéressant 🙂

  • Au top cet article ! La théorie est là et elle tient bien la route. C’est vrai qu’il faut porter des couleurs pour dynamiser ses chakras, du rouge pendant ses règles, et la couleur du chakra correspondant pendant les rituels etc.. c’est bête mais je n’avais pas penser à appliquer cela pour les culottes … Et pourtant ce sont les premiers vêtements les plus importants, surtout à ce niveau là!!!

  • Céline Duplenne dit :

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant et plein d’énergie !
    Pouvez vous me dire le nom du livre auquel vous faites allusion svp ?
    Merci d’avance !
    Céline

  • Natacha Logé dit :

    Je trouve cela INCROYABLE !
    Mais tellement rempli de sens …
    C’est parti, je vais me séparer de la couleur noire donc d’1/3 de mon armoire !

    • Peggy Favez dit :

      J’ai eu la même réaction puis tout ce que je lisais me le confirmais… ne te débarrasse pas de tout quand même, de temps en temps on en a envie/besoin… j’adore toujours le noir mais c’est vrai que je le regarde différemment et maintenant que je mets un short gris ou pantalon noir je mets de la couleur dessous :)))

  • Alexia dit :

    Oh, quelle jolie synchronicité ! J’avais justement constaté que j’avais changé de taille de culottes, et qu’il allait me falloir tout renouveler. Heureusement que j’ai lu cet article, j’allais rester dans le noir et chair comme depuis… comme depuis qu’il y a bien trop de tamas dans ma vie justement, tiens ! Coïncidence ? Pourtant, moi aussi je choisis soigneusement la couleur de ma tenue en fonction des circonstances. Comment se fait-il que je n’ai jamais considéré mes culottes comme faisant partie de ma tenue ?! En tout cas, je suis prête à tenter l’expérience !

  • Gilbert dit :

    Et bien je n’y avais jamais pensé et pourtant… En te lisant ça prend beaucoup de sens !

  • Nina Kelly dit :

    Super article ! Merci beaucoup !

  • Claire S dit :

    Juste dingue de tomber sur cet article “par hasard”, le jour même où je me demandais si le choix de mes culottes interférait avec mon énergie et mon “état de femme”. Heureusement que je viens de m’acheter un bel ensemble avec quelques parties noires mais aussi du blanc et un beau rose fushia, ouf!!! par contre… gare à mes culottes noires (euh, je vais vraiment jeter les trois quarts de mes dessous !? )

Leave a Reply