Skip to main content

J’ai envie de vous proposer une mini série d’articles sur la pilule contraceptive. Dans ce premier article vous découvrirez la vérité sur la pilule et pourquoi il est important d’être très claire sur les raisons pour lesquelles on la prend.

L’article suivant sera l’occasion de lister les raisons de la prendre et comment, si l’on fait ce choix, accompagner au mieux son corps.

Le dernier article de cette série parlera de l’arrêt de la pilule et de comment vivre cette transition en évitant déséquilibres hormonaux et acné.

 

La vérité sur la pilule et pourquoi elle questionne tant

 

La pilule peut masquer les signes de dérèglement hormonal ou maladies du système reproducteur

 

De par le fait que la pilule contraceptive stoppe le cycle menstruel pour un fonctionnement artificiel, celui-ci mis en pause ne permet pas de déceler les symptômes ou de rééquilibrer nos hormones pour une meilleure santé générale et reproductive.

Chez certaines femmes la pilule a été prescrite pour « régler » des soucis hormonaux. Cela peut être l’acné, une pilosité excessive, des douleurs de règles, des cycles irréguliers entre autre.

 

Hors cela n’est pas réglé par la pilule mais mis en pause!

A l’arrêt de cette dernière ces symptômes peuvent réapparaitre avec force, le corps reprenant là où on l’avait laissé.

Notre corps parfois manifeste son inconfort ou des maladies de manière forte même sous pilule. C’est souvent typique des femmes qui « ne supportent pas la pilule ».

 

Cela peut être soit que leur corps fonctionne bien et donc ne supporte pas cet intrus, soit que le corps nous demande un retour à nous, à notre équilibre, santé, féminin et qu’on ne l’a pas écouté préférant prendre la pilule. Il peut se manifester par un « je ne supporte pas cette pilule »,  » il faut que j’essaie une autre pilule » dans un bal incessant et si inconfortable.

Le problème est donc qu’en prenant la pilule longtemps on ne sait pas ce qui se passera à son arrêt. C’est peut-être à ce moment là que les signes et symptômes d’un déséquilibre important vont se manifester. Comment? en causant une infertilité momentanée le temps que tout se rééquilibre.

Il serait si important que nous soyons renseignée sur cet effet avant de prendre la pilule! Ainsi, en partenariat avec notre médecin nous pourrions explorer pourquoi nous souffrons de cycles irréguliers ou de symptômes handicapants. Cela permettrait de rectifier cela avant de prendre ce contraceptif.

La pilule contraceptive peut avoir un effet négatif sur la libido

La pilule amène des hormones de synthèse dans le corps afin de supprimer les fonctions ovariennes ce qui a un impact sur notre désir sexuel.

Quand les ovaires sont bloqués, cela réduit le niveau de testostérone qui est un intervenant majeur du désir. L’introduction d’hormones de synthèse signifie aussi que le corps dont compenser pour éviter d’être perturbé par un trop haut niveau d’hormones.

Il le fait en augmentant la production d’une protéine, produite dans le foie appelée : sex hormone binding globuline (SHBG). La fonction de SHBG est d’éponger l’excès d’hormones puis de faire en sorte qu’elles soient éliminées. Les utilisatrices de pilules contraceptives ont quatre fois plus de SHBG dans leur système que les femmes qui n’utlilient pas d’hormones de synthèses.

Le problème c’est que les SHPG éliminent aussi le niveau de testostérone déjà diminué. Quand on arrête la pilule, le niveau de shbg revient à la normale. Mais même si il revient à cette normale, les recherches ont montré que 4 mois plus tard les niveaux sont plus élevés qu’une femme qui n’a jamais pris la pilule. Les études se demandent si cela n’affecterait pas le corps sur du long terme et même à vie.

La pilule contient des xeno-oestrogènes

La pilule contraceptive contient des hormones de synthèse qui circulent dans notre corps en plus des xeno-oestrogènes déjà présents. Si vous avez un déséquilibre hormonal avec une dominance d’oestrogènes ou une maladie comme l’endométriose et que vous souhaitez continuer la pilule, demander à votre gynécologue une pilule faible en oestrogènes.

Une raison supplémentaire d’arrêter la pilule est que ces xeno-oestrogènes sont très coriaces et ne peuvent pas être traités par les stations d’épuration de nos villes et régions. Ainsi, chaque femme qui prend la pilule et va faire pipi, lâche dans la nature ces perturbateurs endocriniens. Non traités par les stations d’épurations, il vont impacter la vie animale et végétale de nos rivières, lacs et océans. Ils reviennent ensuite dans notre au du robinet à micro doses bien sûr mais présentes tout de même.

Arrêter la pilule n’est pas un acte anodin et peut provoquer des symptômes inconfortables. Cependant c’est aussi une formidable occasion de découvrir le fonctionnement de votre corps et de vous sentir enfin connectée à votre cycle.

Si tu souhaites arrêter la pilule contraceptive

Dans cette mini-série sur la pilule, l’article de blog : « arrêter la pilule » te donnera des pistes pour bien gérer et vivre cette étape.

Découvre mon programme en ligne « J’arrête la pilule « 

En créant ce programme j’ai eu envie d’amener ce qui m’a tant manqué lors de mes arrêts pilules.

informations claires

protocoles

réflexions à avoir et questions à se poser

Des outils pour vous accompagner physiquement, mentalement et émotionnellement à retrouver un équilibre hormonal au naturel, un cycle régulier et une confiance en ton corps.

1ère partie : comprendre les enjeux liés à la prise et à l’arrêt de la pilule

2ème partie : se préparer à arrêter

3ème partie : arrêter en conscience

4ème partie : soutenir son corps et son cycle après l’arrêt

 

Leave a Reply

Inscription à la Newsletter

Reçois les dernières informations de Peggy Favez : féminin, cycle, endométriose, événements, offres spéciales exclusives

Vos données sont respectées