Stress et déséquilibre hormonal

Nous vivons une grande période de stress en ce moment et peut-être que tu ne le sais pas encore mais stress et déséquilibre hormonal sont malheureusement souvent liés.

Pourquoi peut-on se sentir stressée en ce moment alors que tout tourne au ralenti ?

Tu vis peut-être un stress financier  lié à ton activité professionnelle et au ralentissement de l’économie. Tous nous vivons une perte de nos habitude et d’une certaine liberté. Nous sommes plus confrontés à la solitude au manque de vie sociale, et à l’éloignement. Peut-être que des peurs surgissent liées à la maladie pour nous ou nos proches. Vous avez peut-être perdu un proche et vécu la douleur de ne pas pouvoir accompagner ni faire le deuil. Vous travaillez peut-être en ce moment à l’extérieur vivant un stress lié aux soins accordés à l’autre, de devoir travailler pour donner de l’espoir, tendre une main ou faire fonctionner une société qui s’est mise en pause avec tous les risques que sortir peut comporter.

Pour certains la situation est plutôt confortable, à l’abri de tout, peut-être proche de la nature. Mais même si l’on ne souffre pas de ce qu’il se passe et en profitons pour faire ou être, pour nous poser et nous reposer, nous restons des êtres humains avec un besoin d’avancer, un besoin de connexion mais surtout un besoin de sécurité et de savoir ce qui nous attend! Hors on ne sait rien et un fond de stress ici aussi peut s’installer doucement.

 

 

J’ai déjà abordé le stress dans d’autres articles mais j’ai eu envie de te partager encore des informations importantes sur le stress, sur ce qu’il peut provoquer mais surtout te transmettre des outils pour l’apaiser.

Pourquoi j’ai envie de vous parler à nouveau de stress et déséquilibre hormonal?

Comme je l’ai cité plus haut, le stress peut amener un déséquilibre hormonal. Il est l’un des facteurs dominants de l’apparition du syndrome prémenstruel et des troubles de la fertilité ce qui rend capital le fait de comprendre son fonctionnement et de remplir sa boîte à outils anti-stress.

 

Stress et déséquilibre hormonal, comment ça marche?

On peut différencier deux formes de stress, le premier issu d’un réel danger, d’une réelle atteinte à notre intégrité physique et émotionnelle alors que le deuxième est occasionné par notre rythme de vie et notre mental.

Pour le premier, si il surgit c’est de manière intense et inattendue qui peut se prolonger avec divers symptômes dans le temps. Lorsque cela arrive, il faut prendre le temps, se reposer, laisser au corps et au mental le temps d’intégrer ce qui s’est passé et s’entourer de bons professionnels sur lesquels s’appuyer.

Pour le deuxième, nous sommes les seules responsables de notre manière d’appréhender ce qui nous arrive, nos pensées, notre rythme de vie. Bien sûr il est difficile de tout changer d’un coup, mais on peut progressivement apprendre à prendre du recul sur ce qui arrive, apprendre à mieux respirer, commencer à méditer, s’arrêter quelques secondes pour simplement ressentir nos émotions, les observer avec indulgence et sans jugement puis continuer, un peu plus sereine. On peut aussi prendre le temps de réviser nos priorités, notre organisation, notre entourage et la voie que l’on suit.

Fight, Flight, Freeze

Si l’on revient à sa source naturelle, la réaction de stress est saine : en anglais on l’appelle « fight or flight » (lutte ou fuis) à ces réactions, les thérapeutes en ont maintenant ajouté une : « freeze », c’est à dire rester figé, paralysé. La réaction « freeze » survient toutefois quand le cortisol se décharge de manière intense et provoque un court-circuit au niveau mental qui empêche toute réaction.

Cette réaction « fight or flight » est nécessaire à notre espèce quand elle nous permet de survivre.

A ce stress nécessaire qui nous protège s’ajoute maintenant notre cher cerveau qui analyse ce qui se passe (puis également notre mental qui se fait des films) et donne également des informations qui bien que très utiles contribuent à nous maintenir dans un état de stress.

 

 

La réaction du corps face au stress

Que le stress soit lié à un risque vital où à un dossier à rendre dans un délai imparti, la réaction chimique dans le corps va être identique :

A chaque gros stress ressenti, le corps se contracte et réagit pour nous mettre en sécurité. Les organes agissent à cette fin : le coeur, les poumons, le cerveau mais aussi les muscles; tout ce qui nous sert à lutter ou fuir, à survivre. Quand cela se passe et que le stress est intense, les autres organes cessent de fonctionner afin que l’énergie bénéficie aux plus utiles. Et donc, les systèmes digestifs, éliminatoires et reproducteurs se mettent en pause.

Stresse et déséquilibre hormonal : l’explication

Là où c’est embêtant c’est que quel que soit le stress, un gros choc ou une période de vie compliquée, le corps ne fait pas la différence et, que dans les périodes de stress prolongé, notre système, épuisé utilises l’énergie pour parer au plus « pressé » et le plus pressé même ci la santé est ta priorité et celle de ton mental, c’est ta survie et le fonctionnement de tes organes et non pas l’équilibre de ton cycle ou ton bien-être digestif.

C’est ainsi que je me suis intéressée à ce sujet, tout d’abord pour mon corps et retrouver la santé et puis pour retrouver des cycles réguliers et doux car maintenant je sais à quel point le stress a un impact important sur nos hormones et notre cycle féminin.

 

Prévenir le stress et déséquilibre hormonal

Alors en ces temps ou le stress peut s’immiscer dans notre quotidien il est temps de chouchouter notre système nerveux et nos glandes surrénales responsables de nos réactions physiques et émotionnelles face au stress mais aussi responsables de la production et de l’équilibre de certaines de nos hormones.

 

Les glandes surrénales, stress et déséquilibre hormonal

Le fonctionnement des surrénales est dicté par le cerveau. Il arrive que ces glandes dysfonctionnent pour une multitude de raisons. Elles se mettent alors à produire plus d’hormones ou au contraire, à en produire moins.

 

 

 

Les signes et symptômes de dysfonctionnement des glandes surrénales :

  • fatigue chronique, burnout
  • ne pas se sentir reposée après une nuit de sommeil
  • besoin de café et sucre pour fonctionner
  • difficulté à être vive et active le matin
  • se sentir fatiguée mais en état d’éveil actif
  • difficulté à se coucher le soir
  • difficulté à s endormir
  • cycle irrégulier
  • aménorrhée (absence de règles)
  • se sentir anxieuse et nerveuse
  • ressentir ou se mettre facilement en colère
  • avoir une trop faible ou trop haute pression sanguine
  • avoir des vertiges en se levant trop vite
  • sentir les palpitations et battements cardiaques quand on s’allonge ou au réveil
  • résistance à l’insuline, diabète
  • problèmes d’infertilité
  • une immunité faible
  • asthme bronchite, allergies
  • difficulté à gérer le stress
  • envie de sel
  • transpiration excessive
  • Nausées vomissements diarrhées ou alternance entre selles molles et constipation
  • Muscles faibles, douleurs musculaires et articulaires
  • avoir des bleus facilement

 

Le stress et ce qu’il perturbe

Lorsqu’on subit le stress de manière chronique, il vient perturber donc perturber nos hormones et :

  • le système digestif
  • les systèmes d’élimination
  • le système reproducteur et la fertilité
  • la libido
  • le sommeil
  • le poids
  • la fatigue

Agir sur le stress et déséquilibre hormonal

Agir sur le stress pour soutenir les glandes surrénales est très important. On va devoir agir sur le stress au niveau interne et externe.

Stress interne :

  • Déséquilibre des niveaux de sucre dans le sang

Planifier son temps pour éviter l’hypoglycémie, ne pas faire de jeûne en période de stress, pas de jeune intermittent le matin, avoir des petits en-cas avec soi, ne pas passer plus de 4 heures sans manger pendant les heures d’éveil des glandes surrénales (8h – 20h).

  • Manque de sommeil

Se réveiller avec la lumière du jour ou un réveil simulateur d’aube. 

Si non musique progressive et douce. 

Pas d’écran 1 à 2 heures avant de dormir.

Tisanes relaxantes comme la camomille ou la verveine.

Huiles essentielles comme le lavandin ou la mandarine en diffusion environ 2 heures avant d’aller dormir.

Complément alimentaire : magnesium à prendre le soir au coucher

  • manque d’activité physique

Si pas d’exercices : marche plus, prendre l’escalier, faire des mouvements de stretching toute les deux heures si l’on reste beaucoup assis. Essayer de pratiquer des mouvements doux, et de les inclure dans votre quotidien.

Stress externe prévisible

Pour toute situation qui vous le savez peut vous amener du stress, si vous le pouvez, anticipez!

En cette période, ne vous ajoutez pas de stress inutile supplémentaires et essayer d’aménager les moments où il peut survenir.

Quelques exemples :

Regarder les infos, ouvrir vos mails ou le courrier

prenez un temps pour cela dans un moment défini, créez un environnement calme, respirez et soyez présente à ce que vous faites. Ne le faites pas machinalement mais dites vous ok dans un moment je vais faire cela et vais être présente, dans mon corps et vais prendre du recul. Ne le faites ni au réveil ni au coucher.Le fait d’avoir anticipé que potentiellement vous recevrez une belle surprise ou alors une source de stress permettra d’atténuer les effets physiques de celui-ci.

 

Si vous devez côtoyer ou appeler quelqu’un en sachant que ça va vous causer du stress

Respirez, imaginez l’interaction, posez une intention.

Lisez et rappelez vous les 4 accords toltèques :

– ne fais pas de supposition

– que ta parole soit irréprochable

– fais toujours de ton mieux

– n’en faites pas une affaire personnelle

Définir vos limites, posez vos limites.

Intéressez vous à la communication non violente qui renferme des trésors pour apprendre à communiquer vos besoins et limites à l’autre sans blesser et en améliorant vos chances d’être entendue et comprise.

 

Etre dans le moment présent pour prévenir stress et déséquilibre hormonal

Mindfulnness = être dans le moment présent. Ce qui signifie simplement être là, maintenant, au moment où les choses se passent. 

Cela signifie par exemple sur le tapis de yoga être dans son corps et conscient de sa respiration et non laisser son mental divaguer sur la liste de courses à faire après la séance ou encore cette discussion avec notre partenaire qu’on a eue hier soir. Cela veut dire aussi que quand on fait ses courses on fait ses courses en étant bien présent à ce qui se passe autour de nous et aux produits choisis ou quand on discute avec notre collègue, ami, parent, partenaire d’être présent à l’écoute et à nos paroles.

 

 

Cerveau, pensées et distractions

Le souci c’est que notre cerveau peut faire tant de choses en même temps que naturellement les pensées et distractions surviennent, les liens se font entre ce que l’on voit et ce que l’on entend, nos sens étant également en éveil. On peut alors se trouver dans un entre deux, cet entre deux entre passé et souvenirs qui peuvent amener des regrets ou de la mélancolie, et le futur à venir qui peut amener de l’anxiété.

 

Une étude d’Alex Milspaw sur les pratiques de mindfulness a pu démontrer des changements survenus dans la physiologie du cerveau entre dix et quatorze jours de pratique de mindfulness pendant 20 à 30 minutes par jour.

On peut donc scientifiquement agir sur notre état d’esprit pour agir sur notre cerveau et donc sur notre état de santé physique ou au moins les sensations et douleurs physiques.

 

Quelles activités pour trouver cet état de mindfulness

On peut trouver cet état avec plein d’activités du quotidien tout comme avec des activités ciblées comme des sports ou activités physiques pour lesquelles on doit rester centré et concentré soit par l’objectif soit en se centrant sur sa respiration.

On le trouve dans les pratiques bien-être qui sont des pratiques ou l’on est plus en conscience, plus dans l’être que dans le faire même si ce sont des pratiques ou l’on peut bouger. C’est tout ce qui nous permet de nous sentir entière, dans le moment, en accord avec nous même, de nous sentir calme, et de sentir notre mental clair et non dispersé.

Ces pratiques peuvent être variées, allant de la méditation au yoga bien-sûr mais passant par une cuisinier un gâteau, respirer en conscience ou toute autre activité qui demandent un focus et d’être pleinement dans son corps.

Méditation centrée sur les 5 sens

  • Qu’est-ce que je vois autour de moi?
  • Qu’est-ce que j’entends?
  • Qu’est ce que je sens?
  • Quel goût je perçois pendant dans ma bouche?
  • Quelle partie de mon corps est en contact avec une autre, avec le sol, un coussin, mes mains?

On peut également le ressentir lors d’activités créatives. Dessiner, danser, peindre, sculpter, jouer de la musique, écrire, lire un livre.

 

Stress et déséquilibre hormonal

Pratiquer le mindfulness dans les moments du quotidien

Une jolie manière de pratiquer cet état de présence à soi est de choisir des moments du quotidien :

Etre conscient a 100% dans de petits moments de la journée. Par exemple les dix premières minutes quand on rentre à la maison le soir; quand on se brosse les dents; quand on monte un escalier, quand on caresse son chien, quand on coupe des légumes ou encore quand on met ses chaussures.

Faire les gestes en conscience et en percevant l’environnement, les sensations.

Une belle manière d’être dans le moment présent c’est de percevoir ce moment ou tout s’arrête. 

Cette sensation de présence à toi entre deux pensées, deux respirations, entre le passé et le futur.

Tout va bien et tout ira bien!

Douceur,

Peggy

 

Aller plus loin :

Je vous propose un accompagnement ciblé pour réguler vos hormones et aller vers un cycle régulier, prendre contact avec moi pour une session découverte de 30 minutes : https://en-douceur.com/contact/

 

Leave a Reply