was successfully added to your cart.

Pour beaucoup d’entre nous, le cycle féminin a longtemps été un mystère et l’est certainement encore. C’est une partie de ce mystère et de cette magie que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui, avec un petit bout d’histoire, la mienne et peut-être la votre, histoire qui nous permet d’accéder à notre pouvoir féminin.

A l’adolescence, nos règles arrivent, certaines d’entre nous sont « prêtes » ou plutôt ont été préparées et les attendent, pour d’autres c’est une surprise assez terrible voir traumatisante. A cela s’ajoute les réactions de notre entourage et leur ouverture à aborder ce sujet en toute liberté et surtout leur capacité à écouter et accompagner cette petite fille qui voit sa vie prendre un léger tournant.

Puis on a nos règles, certaines d’entre nous se posent des questions, d’autres non : tampons, serviettes, cup, culottes menstruelles, pilule, stérilet, préservatif, vie sexuelle et autres joies et mystères que l’on découvre par nous-même, par le biais de notre entourage, de nos lectures et des réseaux sociaux.

Pour certaines, c’est simple, sans trop de douleur, un cycle régulier, une ou des grossesses, une simplicité agréable qui souvent fait qu’on ne se penche pas sur les mystères du cycle et les merveilles de compréhension de nous-même que ces mystères peuvent nous apporter.

Pour d’autres c’est plus compliqué. Douleurs, irrégularité, maladies féminines, sautes d’humeur, fatigue, dépression, infertilité. Le cycle nous parle, pose question, souvent on lutte pour aller mieux plus que pour comprendre ce qui se passe.

Si j’ai envie de t’en parler ainsi aujourd’hui c’est que pour arriver à cette douceur actuelle, à ces cycles réguliers et agréables, à l’acceptation de ma féminité, de mes règles et à la compréhension des cycles et à l’optimisation de chacune de leurs phases, je suis passée par chaque étape de ce chemin compliqué.

Des règles surprises à 11 ans, un sujet non abordé et inexpliqué qui m’a traumatisée; des années de tampons, serviettes, pilule et autres traitements antidouleurs sans plus d’explications, de recherches ou d’intérêt.

Des années de douleurs, de maladie, d’opérations, d’infertilité et de pma qui m’ont fait passer par toutes les phases du deuil : choc, déni, colère, tristesse, résignation, acceptation et reconstruction. Ces phases sont nécessaires lorsqu’il y a une « rupture » inattendue et non désirée dans nos vies et cette rupture a été pour moi la maladie, l’endométriose, et toutes les étapes qui ont suivi.

Une fois la maladie et ma responsabilité acceptée, j’ai pris mon pouvoir à bras le corps pour vivre mieux, vivre avec et c’est à ce moment qu’elle a disparu comme par magie, magie de l’acceptation sur le chemin de la guérison. Après ma dernière opération il y a trois ans j’ai eu des règles sans douleurs, des cycles réguliers, j’étais fascinée par ce changement et plutôt que de reprendre une vie normale j’ai décidé de me pencher un peu plus sur ces cycles et ce qu’ils représentent, étant consciente que c’était également le chemin pour retrouver peut-être ma fertilité.

J’ai découvert la magie du corps féminin, le féminin sacré, son pouvoir, ses mystères et ses secrets bien gardés mais qui, quand on s’y ouvre, révèlent leur puissance tout comme leur douceur.

C’est cette magie que j’ai envie de partager avec vous, c’est cette magie que je partage dans mes programmes « 28 jours en douceur » et « le temps des Lunes », c’est cette magie que j’ai envie de révéler avec vous lors des sessions de coaching et c’est encore cette magie que l’on découvrira ensemble lors des soirées, ateliers et retraites à venir.

Et si on commençait tout de suite à entrer dans la magie avec les quatre phases du cycle menstruel et ce qui se passe lors d’un cycle?

A chaque étape de notre cycle, notre rapport à notre corps, notre ventre, notre féminité se traduit tant dans la manière de percevoir notre état de santé et notre image que dans la manière dont nous nous traitons et écoutons ses messages. Notre corps est un allié, nos énergies féminines également, et l’on gagne énormément à prêter attention à ses signes.

Dans le livre « Lune Rouge » de Miranda Gray, nous découvrons que notre cycle se divise en phases qui en plus d’influer sur notre corps, influent également sur notre humeur, notre énergie, motivation, sociabilité, relations amoureuses.

Lors de ces 4 phases, nos énergies se transforment et nous transforment de telle sorte que parfois nous nous sentons femme alors qu’à d’autres moments nous pouvons nous sentir jeune fille ou encore maman ours.

Les 4 phases que vous traversez durant vos cycles :

Les phases du cycle menstruel et les archétypes féminins associés selon Miranda Gray

 

 

La phase de la Jeune Fille / Vierge / Chasseresse, Phase pré-ovulatoire

Elle est généralement décrite comme énergique et dynamique. Elle est associée au printemps, à la lune croissante, à la couleur blanche, au renouveau et à l’inspiration. Ces énergies nous gagnent durant la phase dynamique, durant laquelle nous sommes libérées du cycle de procréation et n’appartenons plus qu’à nous-même.

La phase de la Mère, Phase expressive / ovulatoire

La figure de la mère est présentée comme nourricière, féconde et indépendante. Elle est associée aux énergies vibrantes de l’été, la pleine lune et à la couleur rouge. Au moment de l’ovulation, les énergies de la phase expressive nous rendent rayonnantes et désintéressées, dans l’amour et le partage.

 

La phase de l’Enchanteresse / Femme sauvage, Phase créative / prémenstruelle

Elle est la séductrice, la femme utilisant son corps et sa sexualité pour ensorceler. On l’associe au retrait, à la destruction nécessaire avant toute croissance. Elle est associée aux énergies déclinantes de l’automne, à l’obscurité de plus en plus importante lors de la lune descendante. Ces énergies apparaissent lorsque l’ovule a été libéré, mais pas fécondé. Nous nous tournons vers l’intérieur et prenons conscience de la magie et du pouvoir de notre nature.

La phase de la Sorcière / Grand-mère / Femme sage, Phase contemplative, menstruelle

Elle est celle qui détient la sagesse. Elle est l’étape avant la mort et l’accès aux pouvoirs du monde intérieur. Elle est associée aux énergies retirées en hiver, aux énergies de la nouvelle lune, génératrices de transformation et de gestation au sein de l’obscurité. Ces énergies, qui surgissent au moment de la menstruation, nous connectent à notre conscience intérieure, à nos rêves et notre intuition.

En écoutant votre corps, votre mental et vos ressentis durant ces quatre phases vous découvrirez quels atouts elles peuvent vous offrir et la merveilleuse compréhension qu’elles apportent sur nous-même.

Pour aller plus loin à la découverte de votre cycle et de ses phases, je vous invite à livre le merveilleux livre de Miranda Gray et à découvrir mon programme « 28 jours en douceur », s’articulant autour de 4 phases du cycle féminin, ce programme est découpé en quatre parties distinctes vous proposant chaque jour de cheminer à la rencontre de votre ventre, de votre féminin sacré, de vos blessures, de votre corps et créativité au travers de rituels santé ou d’exercices de développement personnel. Le programme est d’une durée de 28 jours mais vous pouvez le recommencer pour un autre cycle tel quel ou en l’adaptant selon vos envies et besoins.

Et parce que mars annonce l’arrivée du printemps, du renouveau mais car il est également le mois de « reconnaissance » de l’endométriose, je te propose une réduction de 10% sur les, ateliers ainsi que les programmes « 28 jours en douceur » et « le temps des lunes » avec le code promo « printemps ».

Join the discussion 2 Comments

  • Fatma dit :

    Bonjour Peggy,

    Quel beau article pour moi qui n’y connaît vraiment rien que le féminin sacré, ce qui peut être dégagé de cela.. Je découvre les 4 phases via ton article donc merci 🙂 j’ai hâte de lire le livre début Miranda Gray! Ça m’aidera à compléter ton article comme ça.

    C’est sûrement une question bête, mais tout ce qui se rapporte au féminin sacré a-t-il une connotation religieuse ? Ou plutôt du bien être ?

    Merci à toi 🙂
    Pleins d’amour,

    Fatma

    • Peggy Favez dit :

      Merci Fatma,

      Je suis heureuse que tu aies découvert cela. Il n’y a pas de questions bêtes et je trouve même très intéressant que tu la poses. Il n’y a pas du tout de connotation religieuse, il s’agit plus de savoirs ancestraux communs aux femmes de la planète qui se transmettaient naturellement. Finalement, ces savoirs qui ont fait étiquetter les femmes comme des sorcières à l’époque et ce n’est donc pas du tout reconnu par l’église chrétienne. Toutefois je pense qu’il faut être attentive aux groupes que l’on joint qui eux peuvent être un peu extrême voir sectaire.

      Dans tout ce que tu pourras lire de moi, il ne s’agit pas de religion mais de connaissance de soi, développement personnel et spirituel commun. J’ai envie d’amener cette connaissance au niveau individuel, ces transmissions anciennes et sages que l’on a perdues et certainement pas de m’affilier à un courant ou à un autre qu’il soit religieux ou non mais j’ai aussi envie de te dire de ne pas hésiter à reposer cette question si tu as un doute ou ressens un malaise dans mes écrits ou face à un ouvrage dont je pourrais parler.

      Je t’embrasse fort!

      Peggy

Leave a Reply