was successfully added to your cart.

Panier

Le mot « xeno » vient du grec ancien et signifie : « étranger ». Les xeno-oestrogènes sont des oestrogènes synthétiques, fabriqués chimiquement et augmente le taux d’oestrogène naturel dans le corps pouvant dérégler notre système hormonal en lui donnant de nouvelles informations.

D’où viennent ces xeno-oestrogènes?

Il y a plus d’une vingtaine de substances chimiques identifiées comme ayant un effet similaire à celui de l’oestrogène (oestrogène – like). On les trouve en abondances dans les produits suivants :

  • la pilule et autres traitements hormonaux à base d’oestrogènes
  • le plastique de toute sorte
  • les tapis et moquettes
  • les produits de nettoyage et détergents, désodorisants
  • les insecticides, pesticides, herbicides
  • le Teflon que l’on trouve sur la surface des poêles à cuisiner ou encore des fers à lisser ou boucler
  • les lotions pour le corps et crème solaire
  • les colorants et conservateurs alimentaires
  • les parfums et cosmétiques

C’est effrayant car vous sommes constamment exposés et il est impossible de les éviter. Cependant avec un peu d’expérience et conscience, on peut minimiser notre exposition et faire de la prévention auprès de nos proches et pour les futures générations.

Les Xeno-oestrogènes les plus courants :

Le bisphenol A (BPA) est un xeno-oestrogène courant qui est utilisé dans divers produits comme :

  • le plastique (contenants alimentaires, bouteilles d’eau)
  • les boîtes de conserve en metal
  • la résine utilisée par les dentistes
  • l’encre brillante des tickets de caisse

L’exposition au xeno-oestrogène augmente de manière très importante lorsque ces matières sont chauffées, lorsqu’elle sont abîmées, griffées ou décolorées.

Un plastique contenant du BPA + chaleur = problèmes de santé, alors on y pense à deux fois avant de mettre son tupperware au micro onde ou laisser une bouteille d’eau sur le sable à la plage.

Des recherches sur les bpa ont montré une activation immédiate à son contact des récepteurs d’oestrogènes et une stimulation des cellules cancéreuses sur des patientes atteintes de cancer du sein.

Dans le développement du foetus,  les oestrogènes contrôlent le développement du cerveau, du système reproducteur et du système hormonal. Les xeno-oestrogènes peuvent dupliquer, bloquer ou exagérer la réponse hormonal provoquant dès la naissance des maladies du système hormonal et du développement. Chez l’homme on a trouvé une co-relation entre BPA et cancer de la prostate. Il pourrait être également en cause pour des problèmes d’obésité, bousculant l’activité des cellules graisseuses.

Comment réduire notre exposition au BIsphenol A?

  • Regarder pour le sigle “BPA free” sur les bouteilles, canettes et boîtes de conservations
  • Regarder pour le sigle « BPA free » sur les gourdes, biberons et autres tasses en plastique
  • Limiter et dans l’idéal éliminer l’utilisation d’aliments en boîte de conserve ou contenant plastique. Acheter des aliments dans des contenants en verre ou tetra pak si possible. Certaines compagnies ont arrêté d’utiliser le BPA mais dans le doute, le verre est bien plus sûr.
  • Limiter l’usage de vaisselle en plastique, ustensiles de cuisine en plastique tels que contents, plats, spatules, moules à gâteaux, passoire, bouilloire, etc.
  • Eviter de boire de l’eau provenant de bouteilles en plastique ou encore de les réutiliser. Si une bouteille d’eau chaude et restée au soleil, ne la buvez pas. On trouve maintenant beaucoup de jolies alternatives aux bouteilles en plastique et dans nos pays européen il est plus recommandé de consommer l’eau du robinet que l’on peut purifier avec filtres ou charbon et reminéraliser facilement.
  • Ne pas conserver vos aliments gras dans des films plastiques (le gras absorbe les toxiques), ne pas chauffer des récipients en plastique au bain marie ou micro onde. Utiliser du verre, du silicon, de la porcelaine ou de l’acier inoxydable.

Les Phtalates

Lest Phtalates sont un groupe de produits chimiques utilisées pour rendre le plastique plus flexible ou « durable ». On les trouve dans :

  • les objets pour enfants comme les jouets en plastiques, les tétines ou lolettes, les anneaux dentaires et parfois encore dans les biberons.

  les emballages alimentaires

  • les tuyaux
  • les imperméables ou vestes de pluies, les rideaux de douches et sols en vinyl

  les faux cuirs (sacs à mains, blousons)

  les détergents 

  • les vernis à ongles et dissolvants
  • les peintures

  la laque à cheveux, les shampooings et produits cosmétiques

  • les adhésifs et lubrifiants

Les phtalates sont fortement soupçonnées d’altérer le système endocrinien et les hormones thyroïdiennes, de nombreuses recherches sont en cours. Elles ont donc certainement également un impact sur les hormones reproductrices.

Les Parabens

Le troisième xeno-oestrogène le plus courant est « le BPA de l’industrie de la beauté » : les parabens. Ils sont utilisés comme conservateurs, anti-microbiens dans le maquillage, les baumes à lèvre, les shampoings, après-shampoings, gels douches, crèmes pour le corps, crèmes cosmétiques, produits de rasages, masques, gommages et crèmes solaires. On les retrouve dans la liste de composants des produits sous différents noms : methylparaben, ethylparaben, propylparaben, isobutylparaben, butylparaben and benzylparaben.

Les parabens sont absorbés par la peau, le système sanguin et système digestif. Des recherches ont pu montrer une relation de cause à effet en retrouvant des parabens intacts dans des tumeurs retirées à des patients, qui montrent que ceux-ci pénétrent le corps et ne sont pas éliminés complètement, restant dans les tissus et organes.

Comment réduire notre exposition à ces xeno-oestrogènes?

  • Examiner les compositions des produits qu’on utilise et que l’on achète. On trouve de plus en plus de produits sans ces trois xeno-oestrogènes sur le marché
  • Limiter le plastique
  • Eviter les pesticides chimiques lorsqu’on jardine et opter pour une alimentation biologique
  • Eviter l’utilisation de vernis à ongle et dissolvant 
  • Utiliser des produits de nettoyage, lavage, lessive le plus « green » possible 
  • Utiliser des dentifrices et savon à composition simple et naturelle
  • Acheter des produits de soin et maquillage sans parabens
  • Si vous avez des enfants, faites attention à la composition des jouets, tétines et autres objets qu’ils mettent à la bouche

Un dernier point capital est d’éviter les tampons et serviettes hygiéniques du commerce, tous blanchis au chlore et comportant divers composés chimiques. Aujourd’hui nous avons la chance de pouvoir nous procurer facilement : cup en silicone, serviettes lavables en tissu et culottes menstruelles qui seront nos meilleures alliées, bien plus confortable en plus de préserver notre santé intime.

Quelques liens avec des infos sur les produits que l’on consomme :

https://www.nouvelobs.com/sante/20160223.OBS5177/voici-la-liste-des-185-cosmetiques-contenant-des-substances-preoccupantes.html

http://leflacon.free.fr/parabens.php

https://www.quechoisir.org/decryptage-produits-cosmetiques-les-fiches-des-molecules-toxiques-a-eviter-n2019/

Pour les culottes menstruelles, il y a beaucoup de nouvelles marques qui en proposent :

http://www.shethinx.com

https://fempo.co

Leave a Reply