Skip to main content

Syndrome prémenstruel

Que peut-on faire pour retrouver de l’équilibre en atténuant le syndrome prémenstruel?

Chez moi, le syndrome prémenstruel se manifestait par une sensibilité accrue au niveau des seins, une envie de sucre constante, un plus gros appétit, la larme facile mais aussi beaucoup de remises en question et peu de distance face à mes réactions à l’autre, spécialement en couple.

Le moindre mot pas très clair me faisait bondir, remettre tout en question, alors que dans d’autres moments du mois je n’y aurais même pas fait attention. Le fait de le savoir et lier cela à nos hormones est déjà précieux mais ce qui l’est encore plus c’est arriver à réduire ces symptômes.

C’est en vivant l’endométriose et en essayant de trouver des solutions pour aller mieux que j’ai agis sur mon corps et ces actions m’ont amené à atténuer de manière importante le syndrome prémenstruel et de retrouver un cycle régulier et des règles sans douleurs.

Alors si on parlait des causes de ce déséquilibre hormonal?

J’ai beaucoup lu pour comprendre, j’ai observé les réactions de mon corps, et ai fait une formation avec Tina Nance, yoga thérapeute et spécialiste du féminin.

Je vous transmets ici les sept causes qu’elle cite comme ayant un impact sur le syndrome prémenstruel et que j’ai développées par intérêt et pour plus de compréhension en traduisant mes notes.

La première cause du syndrome prémenstruel est : un trop au niveau de cortisol et d’adrénaline, en résumé : le stress

Nous sommes responsables de notre manière d’appréhender ce qui nous arrive, nos pensées, notre rythme de vie.

Bien sûr il est difficile de tout changer d’un coup, mais on peut progressivement apprendre à prendre du recul sur ce qui arrive. Apprendre aussi à mieux respirer, commencer à méditer, s’arrêter quelques secondes pour simplement ressentir nos émotions.

Ces émotions il est important de les observer avec indulgence et sans jugement puis continuer son chemin un peu plus sereine.

Cela prend du temps d’arriver à atténuer notre niveau de stress mais c’est tellement important pour notre corps, notre vie intérieure et extérieure.

Je t’ai donné des exemples d’actions à mettre en place pour abaisser ton niveau de stress et selon mes lectures et formations il y a 3 paramètre importants à prendre en compte.

Le stress

Il est capital d’agir directement dessus en faisant de nouveaux choix de vie, en approchant différemment ou en éliminant les situations qui peuvent nous amener du stress.

 

Prendre des habitudes pour un quotidien plus en conscience

Il s’agit de trouver de nouvelles habitudes qui te conviennent pour être plus présente à toi et dans ton corps.

Respiration, méditation, yoga sont bien sûres celle qui viennent tout de suite à l’esprit et elles sont précieuses mais peuvent être compliquée dans un premier temps à appliquer au quotidien.

Tu peux commencer avec des méditations guidées de 10 minutes au coucher ou au réveil. Personnellement j’aime faire un « body scan » chaque matin avant de me lever.

Une autre habitude qui a été bénéfique pour moi est de me laisser un temps d’environ une heure avant de regarder mon téléphone.

Cela peut aussi être prendre 10 minutes dans l’après-midi pour boire un thé, avec une musique qui nous plaît et juste être là avec soi. Essayer de mettre de la conscience et de la présence dans des actes du quotidien comme se brosser les dents ou encore cuisiner.

Prendre soin de ses reins et des glandes surrénales

Il me semble important de parler de cet aspect découvert lors de mes formations de yin et yoga thérapie en rapport à la médecine chinoise.

On peut dire que les reins et les glandes surrénales sont notre équipe de management du stress.  Cette équipe gère notre manière d’appréhender les situations qui nous semblent stressantes et donc notre réaction physique et émotionnelle au stress. Si l’équipe ne fonctionne pas bien et n’a pas assez d’énergie, il y aura des répercussions sur notre corps.

Un déséquilibre à ce niveau peut se manifester par de la difficulté à se lever le matin, des cernes bleutées sous les yeux, une fatigue entre 17h et 19h.

Comment soutenir cette équipe?

Avec du repos, du cocooning, une alimentation riche et saine faite de plats chauds et nourrissants. Prenez des bains chauds, faites des postures de yin yoga comme le sphinx, cette posture top pour amener de l’énergie aux reins.

La deuxième cause du syndrome prémenstruel est : un taux de glycémie trop élevé et donc… le sucre

Je résume ici mais écrivez-moi si vous souhaitez des références et plus d’informations.

Comme l’apport de sucre amène une production rapide d’insuline qui est suivie d’une chute hormonale, cela signifie que l’apport de sucre amène de l’énergie en dents de scie et que notre niveau d’énergie est donc déséquilibré.

Il agit également de la même manière sur l’humeur et tout cela bien sûr amène donc de l’addiction car qui n’a pas envie de se sentir plein d’énergie et d’entrain au quotidien? sauf que, cela ne dure pas, qu’il en faut toujours plus et qu’on entre alors dans un cercle vicieux.

Diminuer le sucre est très difficile et si tu as l’habitude manger souvent sucré, la meilleure solution serait d’essayer de l’éviter ou le réduire au maximum au petit déjeuner. Pourquoi? parce que le corps se remet en route le matin et qu’en commençant avec du sucre il aura naturellement plus rapidement envie de… sucre!

La troisième cause du syndrome prémenstruel est : les toxiques

Additifs, hormones de synthèses, plastique, xeno-oestrogènes. Un joli cocktail qui chamboule notre système hormonal. Nous avons grandi baignées dans l’ère du plastique et il est si difficile d’éviter ces toxiques. Heureusement maintenant il y a plus de conscience autour de cela et je te laisse approfondir en lisant cet article :

 

Quand il s’agit d’hormones du cycle reproducteur, le principal problème vient des xéno-oestrogènes. Les xeno-oestrogènes sont des hormones de synthèses que l’on peut trouver dans le plastique, maquillage, cosmétiques ou encore les produits de nettoyage.

Les récepteurs d’oestrogènes dans notre corps absorbent ces xeno-oestrogènes et font donc grimper le niveau d’oestrogènes provoquant un déséquilibre hormonal.

Le foie

Le foie qui est notre organe d’élimination et de nettoyage du sang se retrouve avec plus de travail à traiter rapidement ce qui va contribuer encore un peu au dérèglement hormonal.

On peut soutenir le foie avec certaines plantes comme le chardon marie. Manger des aliments riches en fibre et privilégier une alimentation saine. Il est important aussi de boire suffisamment d’eau et d’éviter la consommation d’alcool.

Métaux lourds

Les métaux lourds sont également un problème pour notre santé, on les retrouve dans nos plombages de l’époque mais aussi dans l’alimentation, spécialement actuellement dans les poissons de mer.

Pour les éliminer en partie, on peut opter pour différents moyens. Le premier consulter un dentiste spécialisé dans le remplacement des plombages. Le second mais aussi une algue qui « pompe » les métaux lourds et aide à les éliminer : la chlorella. Pour savoir si notre corps contient des métaux lourds et quelle quantité, on peut faire un test en laboratoire avec un cheveu et aviser ensuite selon le résultat auprès d’un naturopathe pour la meilleure démarche à suivre.

Le plastique

Il y a un article complet sur le blog avec un lien pour plus d’explications sur les différentes manières d’éviter le contact avec ces toxiques.

https://en-douceur.com/xeno-oestrogenes-perturbateurs-endocriniens/

Quatrième cause du syndrome prémenstruel : le sytème digestif

Notre alimentation a un impact direct sur notre système hormonal.

Une bonne alimentation, complète et régulière est à privilégier pour soutenir le corps dans sa production d’énergie et dans son fonctionnement.

Le meilleur moyen de savoir si notre système digestif est en bonne santé c’est la fréquence et la « qualité » de nos selles. Dans l’idéal il faudrait aller à selles tous les matins, signe d’une santé digestive optimale.

Cinquième cause du syndrome prémenstruel : être déconnectées de nos cycles

Etre en lien avec notre cycle c’est à dire accepter les 5 phases de la vie cyclique d’une femme. C’est aussi dans la mesure du possible éviter des traitements hormonaux qui les atténuent voir les suppriment.

Ces cinq phases sont : la phase pré-menstruelle, la phase menstruelle, la périménopause, la ménopause, la post ménopause

Dans la phase menstruelle qui nous intéresse ici c’est connaître les quatre phases de notre cycle.

Les quatre phases du cycle mentruel

 

La phase de la Jeune Fille / Vierge / Chasseresse, Phase pré-ovulatoire

Généralement décrite comme énergique et dynamique cette phase est très agréable à vivre.

Associée au printemps, à la lune croissante, à la couleur blanche, au renouveau et à l’inspiration.

Les énergies de cette phase de notre cycle nous poussent vers l’extérieur, à explorer le monde, les idées et notre créativité. On a envie de sortir, de se faire belle, de séduire.

La phase de la Mère, Phase expressive / ovulatoire

La figure de la mère est présentée comme nourricière, féconde et indépendante.

La phase de la mère est associée aux énergies vibrantes de l’été, la pleine lune et à la couleur rouge.

Au moment de l’ovulation, les énergies de la phase expressive nous rendent rayonnantes et désintéressées. Cette phase nous pousse à être dans l’amour et le partage.

 

La phase de l’Enchanteresse / Femme sauvage, Phase créative / prémenstruelle

L’enchanteresse est la séductrice, la femme utilisant son corps et sa sexualité pour ensorceler.

Cette phase est liée au retrait, à la destruction nécessaire avant toute croissance.

La phase de l’enchanteresse est associée aux énergies déclinantes de l’automne. Elle nous guide dans l’obscurité de plus en plus importante lors de la lune descendante.

Ces énergies apparaissent lorsque l’ovule a été libéré, mais pas fécondé. Nous nous tournons vers l’intérieur et prenons conscience de la magie et du pouvoir de notre nature.

 

La phase de la Sorcière / Grand-mère / Femme sage, Phase contemplative, menstruelle

Elle est celle qui détient la sagesse. La phase de la sorcière est l’étape avant la mort et l’accès aux pouvoirs du monde intérieur.

La phase de la sorcière nous mène aux énergies retirées de l’hiver et aux énergies de la nouvelle lune. Ces énergies sont génératrices de transformation et de gestation au sein de l’obscurité et sont indispensables pour aborder un nouveau cycle de changement.

Ces énergies, qui surgissent au moment des règles, nous connectent à notre conscience intérieure, à nos rêves et notre intuition.

En écoutant votre corps, votre mental et vos ressentis durant ces quatre phases vous découvrirez quels atouts elles peuvent vous offrir et la merveilleuse compréhension qu’elles apportent sur nous-même.

 

 

 

Sixième cause du syndrome prémenstruel : les traumas liés à notre utérus et notre sexualité

Notre corps et notre utérus gardent une mémoire de chaque stress physique et émotionnel qui se cristallisent dans nos tissus si ils ne sont pas conscientisés où exprimés (que ce soit conscient ou inconscient).

Des mémoires familiales peuvent également s’inscrire dans notre corps, se transmettant pendant notre gestation et les 9 mois passés dans l’utérus de notre mère. ça fait un bon petit paquet de chose à libérer et à envisager et cela je te l’accorde c’est la partie la moins évidente et aussi celle qui peut faire le plus peur.

Alors en parallèle à un travail intime sur soi et sur son corps qu’est ce qu’on peut faire au quotidien pour ne pas aggraver la situation?

Il est important d’être attentive à ne pas ajouter de traumas à ceux déjà existant. Il est donc important d’être attentive au choix de notre partenaire et à la qualité de nos rapports sexuels.

Lors des rapports, un échange d’énergie est transmis de l’un à l’autre. Alors la question à se poser est : quelle énergie ai-je envie d’accepter venant de l’autre? quelle énergie me fait du bien? quelle énergie va me stresser, me crisper et donc s’inscrire au creux de moi?

 

syndrome prémenstruel

 

Septième cause du syndrome prémenstruel : la surmasculinisation de notre société

Le féminin sacré, la connaissance de soi par la douceur, l’écoute et la profondeur et tous ces mots sont féminins, yin selon à nouveau la tradition chinoise.

Le yin qui est représenté par le féminin, le froid, la nuit, l’intériorité, la lune entre autre

Le yang  qui est représenté par le masculin, le chaud, le jour, l’action, le soleil

On peut parler de yin comme étant une énergie féminine et du yang une énergie masculine. Nous avons les deux qualités en nous mais en tant que femmes nous sommes naturellement plus yin.

Hors notre société valorise les aspects yang : l’activité, l’action, le faire, la productivité, la rapidité et nous sommes tous et toutes embarqués dans cette fuite en avant.

Un exemple peut être de déceler ce qui a le plus de valeur dans notre société actuelle?

A quel point as-tu du succès? réussis-tu ce que tu entreprends? qu’as-tu accompli ou réalisé?  ou alors des aspects plus yin : Comment est-tu présent à toi-même? es-tu dans ton corps? sais-tu utiliser ton intuition et ton intelligence émotionnelle?

Je ne dis pas là d’arrêter l’un pour n’aller que vers l’autre mais encore une fois que les miracles et la guérison arrivent quand l’équilibre est là.

Lors de notre cycles menstruel ces aspects sont présents; nous sommes plus yin lors de nos règles et plus yang lors de l’ovulation.

Comment faire pour amener plus de yin dans sa vie?

Le yin yoga remplit parfaitement son rôle de prendre le temps, s’écouter et intérioriser.

La pleine conscience c’est la présence, le moment présent. C’est être là pleinement pour soi, être là quand on écoute l’autre. C’est aussi créer de meilleurs relations, amener de la douceur dans ce monde. RALENTIR.

Ce n’est pas un plaidoyer féministe ni un rejet du masculin ou de l’aspect yang mais simplement un rappel. Un rappel que nous sommes différents et qu’en tant que femmes nous avons des cycles. Si ils sont respectés ils nous amènent à plus de confort et à être nous-même. Hors notre société actuelle est dirigée par des hommes depuis bien longtemps, accordant plus de valeur à un aspect yang et donc en tant que femmes souvent nous nous adaptons et devenons plus yang.

 

syndrome prémenstruel

 

J’ai envie de conclure cette septième cause avec cette phrase qui m’a parlé et qui lie ces deux aspects que sont le yin et le yang : « j’aime les hommes yang, j’aime et j’ai besoin de l’énergie masculine pour avancer mais je suis une femme ».

 

Aller plus loin

Je te propose de découvrir mon programme qui te permettra le temps d’un cycle d’aller plus loin dans ce côté yin

https://en-douceur.com/produit/programme-28-jours/

https://www.youtube.com/watch?v=9SOQ4RTHwBg

 

Conclusion

Je serais ravie d’échanger avec vous sur tous ces aspects et de savoir vos ressentis et expérience.

Penchez-vous sur vous et posez-vous les bonnes questions?

Comment je me nourris, de quoi je me nourris que ce soit alimentaire, par les personnes qui m’entourent, mes activités, ce que je lis. Quelle pratique je privilégie pour soutenir mon corps et aller un peu plus vers moi-même. Et surtout, comment je m’écoute, avec quelle douceur?

Tout cela concerne ton corps, tes cellules, tes hormones, ton sang mais surtout ta sagesse alors arrête toi un instant et écoute.

Join the discussion One Comment

Leave a Reply

Inscription à la Newsletter

Reçois les dernières informations de Peggy Favez : féminin, cycle, endométriose, événements, offres spéciales exclusives

Vos données sont respectées